Attention : La Radiolux se lance dés l'ouverture du blog. Pensez à la stopper pour écouter des mp3 !

23 févr. 2015

Dancing Barefoot with Shayna Steele (Live Satellit Café, France 20/012/2015) plus quelques notes sur "Rise".


Photo : Laureline Guigue
Grosse affluence samedi soir au Satellit café, pour Shayna Steele, chanteuse américaine* métisse, dont c'était le deuxième passage.
Accompagné de quatre musiciens impeccables (1), elle venait présenter son dernier album Rise (Ropeadope). 13eme date sur 20 programmées en Europe (dont seules trois en France !), avant de repartir pour les USA via l'Indonésie.
Une artiste au statut international, donc, qu'il ne fallait pas manquer. Shayna Steele a déjà en effet une belle carrière derrière elle, avec des participations à diverses tournées ou spectacles : chant avec les Dynamites dans la comédie "Hairspray" adaptée du film de John Waters (2002-2009), participation à trois albums de Moby dés 2005, ("Hotel, last night" et le titre "Extreme ways/Jason Bourne"), spectacle de Bette Midler "Show girl must go on", 2008"), tournées avec Rihanna (2011 et 2014)…

En 2004 elle sort son premier Ep réalisé avec son collègue (et mari depuis) David Cook, suivi en 2009 par son premier album : I'll be anything (Highyella lowbrown Rec).
Son sylve Jazz moderne est alors déjà bien marqué par une voix Soul chaude et énergique. les cuivres et les guitares sont bien présents (cf "You didnt").  On y trouve aussi le groove de chanteuses telles Jill Scott ou Lizz Wright.

Si Rise, son nouvel album, commence très doucement, avec une ballade (maternelle ?, elle a deux jeunes enfants), c'est sa superbe voix que l'on remarque immédiatement. Elle donne sa pleine mesure dés le troisième titre avec "Everything's crying merci". Là; le meilleur de l'Acid jazz revient à nos oreilles, avec un groove et une puissance digne des plus beaux moments du fameux label 90's.
Mais cet acid-jazz là est beaucoup imprégné de Soul et de force, plus que n'importe quel autre, et "Gone under" nous en donne à entendre une belle marque. La vidéo live du titre sur son site démontre à quel point la chanteuse et son groupe savent retenir et donner de la puissance. C'est d'ailleurs ce titre qui m'a poussé à venir au concert .

"Grandmas hands" a ce "je ne sais quoi" de sudiste et de blues Soul qui rattache Shayna à ses racines, et à certaines de ses grandes influences (cf Aretha Franklin).
 "Coulda had me" quant à lui évoque aussi bien Carole king/Aretha Franklin ("You Make Me Feel Like A Natural Woman"), que Sinnead O connor ( "Nothing compares to you"), ou les Jackson five ("Blame it on the boogie") :-) ... pas mal comme références ?
Paper bag, Hyde Park, Teardown, proposent quant à eux un jazz vocal chaud et bien produit, et "Wear me down" le 11e titre démontre le plein potentiel live nerveux de l'artiste avec un genre sudiste à la Muscle Shoals au mid tempo bien appuyé.
Néanmoins, à part ce titre et "Gone under", cet album ne reflète pas vraiment ce que le groupe peut proposer sur scène.

Au Satellit, l'heure et demi de show, scindé en deux parties n'a laissé place à aucun temps mort. Energie, émotion, implication scénique, sympathie, Soul, Blues, ont dominé; Shayna finissant pied nu (barefoot) pour interpréter justement ce "Wear me down", car elle "veut sentir ses racines, la terre du Missisipi".

> Une artiste à voir absolument en live donc, garantissant un show de haute volée mémorable.
Merci au Satellit pour ce moment magique.
 

(*) Shayna, né d'un père noir et d'une mère blanche à grandit en Californie, puis Oklahoma, avant de passer sept ans en Allemagne dans une base militaire, puis vivre son adolescence dans le Mississipi avant de rejoindre New York plus récemment.

(1) Le groupe :
David Cook - piano/rhodes/b3
Robin Macatangary - guitar (3, 4, 5, 6, 7, 8, 11)
Christian McBride - bass (1, 2, 5, 10, 11)
Eric Harland - drums

11 févr. 2015

Volage : pourquoi chercher aux USA ce que l'on a en France ?


Photos : F. Guigue
Ce 10 février 2015 aux MGM de Riorges, Volage se produisait avec Doorsfall.

Belle surprise tout d'abord avec la première partie assurée par le combo stéphanois Doorsfall : Lire ma petite chronique parue sur Rockaroanne le lendemain.
...Après quelques bons titres bien groove proposés par dj Virdjil, sont montés sur scène Volage, jeune combo garage rock avec cheveux longs et grattes vintage.
Plein d'énergie et de charme, Volage avec son chanteur au tee shirt marin remémorant, pour les plus anciens, les combos garage rock des 80's (Wylde Mamooths, Gloomies, ou plus loin encore...) a réussi à suffisamment intéresser le public pour qu'il revienne au devant de la scène, et se déchaine quelque peu. Il faut dire que ces petits gars connaissent la musique et la bonne, et leur bonne humeur communicative a fonctionné. Le mix intelligent entre énergie électrique et arpèges style New England teen scene (combos -60's punk très mélodieux de l'est des USA) a fait la différence.




Ni une ni deux, je me précipite sur leur page Facebook pour voir quels disques ils ont commis : et là, je trouve deux vinyles produit par Howlin banana, label garage rock parisien super sympa.*


Un 12“ "Maddie", déjà bien sympa, un peu plus lo-fi au niveau son (mais bon, pas franchement gênant), mais fun. Et puis "Heart healing", produit et mixé en octobre 2014 par Paul Rannaud  et masterisé par Etienne Colin.
Heureux, je retrouve non seulement sur ce lp l'énergie de leur concert, mais en plus des mélodies et surtout une production efficace que j'avais juste entrevue sur scène. Un peu de synthé (si peu) parachève le tout.

Ces mecs là font un rock psych garage aussi efficace que des anglo-saxons tels : Ty Segall, Frowning clouds, Allah las, Young veins, .......
Un gros son : écoutez "This ain't a walk", et des mélodies enivrantes "début de Wait", "Love is all", début de "Heart healing" "Touching grace", qui nous rappellent les Higher States, the Thanes d'Edimbourd, ou Head and the Hares (Italie)... > Que du bon.

Merci aux Volage de jouer du garage-(folk) de cette qualité aujourd'hui.
> Keep the faith boys !

(*) Lire l'article des Inrock sur Howlin banana. (2014)

7 déc. 2014

Paint it green with Slow slushy boys ! (Christmas is here again!?)

Déjà quelques mois que ces deux nouveautés ont paru, (Septembre 2014), et j'avoue avoir eu peu de temps pour les chroniquer. Honte sur moi. Il faut dire que les Slow slushy boys, depuis qu'ils ont repris le chemin des studios, (un album chroniqué ici il y a pile un  an)... ne lâchent plus la barre. Et coup sur coup paraissent donc un ep 25 cm, en partenariat avec Catapulte, label londonien, et un single chez B soul, leur propre label maison.

- Paint it Green/Mobile's blues (7" B soul 45012)
Deux compos mid-tempo rythmées, avec cuivres, dans le style soul caribein auquel le groupe nous a habitué. La face B ayant un plus d'orgue (et un solo guitare bien vintage de derrière le fagots), qui font la différence.



- Chingford train/Groove on up/Move your hand 2014  ep
(Catapulte/B Soul Cataep016)

Sur ce 25 cm à la belle pochette carton mate très stylisée, on ouvre le bal avec la face Catapulte (chacun son label), "Chingford train" :  un gros instrumental bien dynamique, bourré de cuivre, d'orgue et de guitare. Un truc entrainant pour se chauffer un début de soirée. Ensuite, "Groove on up" installe tranquillement un petit jerk cool, avec dialogues chant, cuivres, orgue. Ça, c'est la partie cool et fumette de la soirée.
Face B, (B soul), "Move rour hand 2014" reprend le thème de ce titre déjà paru en sur un single, (2007 : Move your hand/Don't look back"), dans une version plus longue, avec du wah wah en veux tu en voilà. Une face hypnotique, baignée de piano électrique oscillant entre funk lascif et reggae envoutant. ...Du vocal, il y en a, mais juste par intermittence, (intro et fin), qui laisse rapidement place a un long passage instrumental, avec petits cuivres lointains.
...Finalement, un des titres les plus jazz du groupe, qui pourrait sortir d'un album Blue note.
"I remember That day, you came my way"(...).,, Move ...your hand, caus I can see..."
Excellent.






29 juil. 2014

Les Pepper pots a Toreilles vendredi 18 Juillet 2014

Jazz a toreilles : 13ème édition.
Un festival jazz tranquille en pays catalan, dans le théâtre de verdure de la chapelle de Juhègues. Le lieu est assez joli : enclos fermé, entouré de haies bien taillées. On passe ensuite une Allée Naturelle pour accéder a l'arrière de la chapelle moyen-ageuse réhabilitée habilement en
Mas.
Charme donc pour une organisation plutôt pépère il faut le dire : environ 500 chaises plastiques disposées en Rang devant la scène, et places numérotées. Le public, d'âge disons plutôt élevé (moyenne 55 ans) arrive tranquillement, jusqu'au dernier moment.
Tarif unique de 15€, pour un seul groupe. Le maire qui lance le week-end, et resitue l'historique du festival : années 1925, une Bande de copains se souvenant des musiques écoutées auprès des troupes américaines basées non loin en 1917, lance l'idée d'une association autour du jazz. Et il ajoute : "une musique que l'on souhaite non-élitiste, espérons que ce festival serve a ce but". A 15€ la place et pas de tarifs réduits pour les plus jeunes, on peut se demander néanmoins si cela ne restera pas un vœux pieux.


A 21h45, les musiciens des Pepper pots groupe espagnol de Girone, annoncé comme "une usine à groove", montent sur scène. Dans la tradition des shows américains, les 7 musiciens : 3 cuivres, batteur, bassiste et organiste déroulent un pot pourri de standards soul/funk (dont le "Hard Times" de  Bobby Huey Smith).
Environ 8 minutes après, les deux chanteuses les rejoignent.
Précédemment trois : Adriana Prunell, Mercé munné et Marina Torres, il faut croire qu'un changement est intervenu dans le line up. Les deux restantes ont deux genres très différents : tandis que la première se déhanche énergiquement, avec beaucoup de gestes pas toujours très féminins, et une voix juste, mais "blanche", Mercé pose beaucoup plus sensuellement sa voix chaude sachant aussi monter trés haut. Je vous laisse choisir la votre. Vu le répertoire imposant et énergique, on comprend que l'alternance soit heureuse pour elles.


Les morceaux sont d'ailleurs pratiquement tous des compositions, et il faut reconnaitre qu'elles sont de qualité. Le répertoire, comme un peu trop largement évoqué dans les articles de presse annonçant la soirée, citent Motown, Stax, ABC, Chess...un grand fourre tout de genres pourtant très différents. Pour ma part, j'ai surtout vu et entendu un show a la Ikettes, (danses et robes comprises), et donc une Soul plutôt Chess effectivement, voir Sue, si l'on souhaite faire référence au 1er label de Ike et Tina Turner. Soul énergique, mais très marquée early 60's, avec des rythmes endiablés et des voix féminines bien en avant.
C'est d'ailleurs ce dernier point qui est à la fois remarquable et dérangeant : cette particularité de double lead singer (deux chanteuses principales) alors que finalement, on souhaiterait pratiquement n'en écouter qu'une seule.

Les Pepper pots ont déjà cinq albums.
"We must fight", label Double back, est le dernier paru.

Voir un article sympa sur le blog: Piggledy pop

7 avr. 2014

Jamie Cullum à Caluire (France) : j'y étais !

Photo :
Bruno Bollaert (Gent Jazz, Gent, BE, 2009) CC
Jamie Cullum
Radiant Bellevue, Caluire,
(Lyon) 14/02/2014


J'étais à Caluire Le 14 février, pour voir l'une des trois dates seulement de Jamie Cullum en France.
C'est un coup de bol (et une annonce sur France Inter) qui a guidé mes pas vers cette salle de la région que nous ne connaissions pas, aidé en cela par un ami à l'écoute de la radio au bon moment.
Arrivé au tout début du concert du jeune artiste anglais, à cause d'un timing serré; * on a juste eu le temps de jeter un œil sur l'entrée du complexe, plutôt sympathique, avant de nous faufiler dans la salle, archivé bondée. Environ 500 personnes devaient être là, au bas mot.
Je n'ai pas pu m'approcher beaucoup, car la foule était compacte. mais le grand écran derrière la scène retransmettant en direct le concert, m'a permis de bien voir, puisque j'avais la stéréo pour moi.

Je ne connaissais Jamie Cullum que de nom, et m'attendais à voir et entendre un artiste de qualité, mêlant Pop et Jazz, comme je l'avais écouté sur CD lors de ses débuts à la médiathèque locale, et avant de venir sur un site bien connu de streaming suédois. Il faut dire que les radios françaises ne le diffusent pas vraiment, et ce malgré qu'il soit une vraie star dans les pays anglo-saxons. Dans l'hexagone, on a bien des amateurs passionnés, comme Benjamin Siksou, qui semblent vouloir surfer sur la même vague, mais je crois que le modèle est ceci dit hors de portée.

Dés le premier morceau, le ton et l'ambiance ont été donnés : qualité musicale et vocale, décontraction, mais grand professionnalisme, et une envie de partager peu commune.
Jamie Cullum joue magnifiquement du piano, possède une voix très agréable et remarquable, et son talent n'a d'égal que le charme qu'il dégage. N'hésitant pas à parler de nombreuses fois en français au public, en lui faisant de petites confidences.
Ce jeune homme de 35 ans déborde d'une énergie positive, et plusieurs fois, il montera sur son piano, dont il sautera d'ailleurs … Quant aux dernières minutes du set, où il s'est emparé de la mini caméra perche pour filmer la prestation du groupe en direct, cela a donné une sorte de happening documentaire musical original et personnel, pour notre plus grand bonheur.
Personnellement, tant au niveau physique qu'attitude, j'ai eu l'impression de voir un Pete Doherty Jazz.  (dans ses bons jours). Ce gars possède un univers personnel riche, et il donne tout, avec grand plaisir.
Un dernier album excellent

…L'impression forte d'avoir assisté à un très grand concert, où le Jazz gagne des lettres de noblesse, car interprété par une personne amoureuse du genre, qui l'accommode cependant à la modernité du moment. (Hommage à Beyoncé par exemple, ou "Don't stop the music" de Rihanna, version percu-piano-jazz). Les cuivres à cet égard ont été remarquables aussi, apportant un aspect Soul par moment au répertoire. (Et que dire de ces multi-instrumentistes !...)
Le public, plutôt quadragénaire, avec une belle représentation féminine, était aussi très familial, et il ne fait aucun doute que les 500 personnes présentes iront prêcher la bonne parole de Jamie Cullum.

Un concert exceptionnel, qui m'a persuadé qu'il fallait non seulement suivre cet artiste, (5 albums déjà, avec des très bons titres), mais aussi ses apparitions françaises.
Vous avez été avertis !

(*) La première partie était assurée par Sophie Maurin, nouvelle chanteuse française et révélation FAIR qui a eu l'opportunité d'enregistrer un de ses titres avec la star, ce qui nous a valu un duo scénique en plein milieu du concert, sur sa composition : "Far away".
Lire l'article (avec la vidéo du clip) sur ChartsinFrance




Ci-dessous : une Version d'Avril 2013 de "The same thing" (first time live)